le courant d’air

Comme tous les profs sur plusieurs établissements, je suis un courant d’air. Dès que j’ai fini quelque part je pars vite pour ailleurs. Ça peut sembler joli dit comme ça mais franchement il n’y a rien de poétique là dedans.

Je suis ce qu’on appelle un BMP de discipline, je ne sais même pas ce que veut dire ce sigle ignoble mais en gros, je suis le bouche trou de service.

Dans un des collèges, je ne suis tellement personne que mes identifiants Pronote sont « BMP lettres modernes ». Mais c’est comme ça pour tous mes collègues TZR et contractuels: « BMP anglais », « BMP lettres classiques », « BMP espagnol ». Nous voilà rassurés! L’humanité n’a pas encore trouvé la limite de sa bêtise. Ils auraient pu aussi bien mettre notre NUMEN (matricule de l’éducation nationale) ça n’aurait pas été plus subtil.

Dans mon collège de REP+ je ne suis affectée que pour 4.5 heures et,eux, ils ont été très gentils avec moi. Ils ont regroupé mes heures sur deux matinées et jamais à 8h parce que je viens de loin. En plus, ils ont mis mon nom partout même sur Pronote. Je ne sais pas si c’est une impression mais j’ai l’impression que plus le collège est difficile et plus on est attentionné avec les enseignants et, vue qui on peut croiser parfois dans les bureaux de la direction parfois, ce n’est pas désagréable.

Mais en ne venant que deux matinées on ne croise l’équipe qu’aux récréations et ce n’est pas très long les récréations et pas toujours très peuplées, surtout le mercredi et le vendredi.

Alors comme hier j’avais conseil de classe à 18h dans Collège 2 et que je terminais à 15h dans Collège 1, je me suis dit que j’allais rattraper mon retard social.

Arrivée à 15h30, c’était la récré et là j’ai eu la super surprise de retrouver une collègue que je n’avais pas vu depuis bien trop longtemps et qui avait fait son stage de master avec moi.

J’allais rattraper mon retard en deux temps trois mouvements, pensai-je naïvement.

Et puis la fin de la récré a sonné et les profs sont partis pour leur dernière heure de cours de la journée.

La salle des profs bruyante est devenue déserte. Je me suis retrouvée toute seule.

Bon, je me mets au travail, j’en profite pour peaufiner les dernières séances, corriger quelques copies.

16h30 fin des cours.

Les collègues ne vont quand même pas rentrer alors que le conseil est dans 1h30 !

Et bien, sachez qu’il n’y a eu personne. Le bâtiment entier est resté vide ! J’étais flippée. Je me suis dit que j’allais passer la nuit ici, qu’on allait m’enfermer en ne soupçonnant même pas mon existence.

Un collège vide c’est comme basculer dans l’Upside Down (amateur de Stanger Things bonjour), c’est glauque à mort.

A tel point que j’ai pris toutes mes affaires et que je suis allée patienter devant la salle du conseil de classe assise par terre pendant 45 minutes. Au moins, le couloir était éclairé et j’entendais des voix.

On repassera pour la sociabilité.

 

Une réflexion sur “le courant d’air

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s