maman

J’ai depuis longtemps, si ce n’est toujours voulu être prof. J’ai toujours adoré l’école, j’ai été la chouchou du prof à l’école, j’ai été admirative de certains de mes profs, j’ai encore des contacts avec certains d’entre eux. Ce sont des profs qui m’ont donné envie d’être prof moi-même. Je crois que c’est ce qu’on appelle une vocation.

Mais celle que je suis lorsque je suis devant une salle de classe c’est à ma mère que je le dois.

Alors aujourd’hui je vais vous parler d’elle.

D’abord, ma mère est très belle. Elle l’a toujours été. Devant l’école ça a toujours été la plus belle des mamans. C’est mes copines qui le disaient. Elle est encore très belle. Elle a 56 ans et on dirait qu’elle vient de franchir le cap de la quarantaine.

Les belles femmes portent en elles une assurance, une démarche qui séduit ou énerve mais laisse rarement indifférent. Pas ma maman.

Ma maman, et c’est ce qu’il y a de plus incompréhensible, a très peu confiance en elle. Et d’aussi loin que je m’en souvienne je l’ai souvent entendu répété « Moi, je ne travaille pas, je n’apporte rien. » C’est ce qu’on appelle « une mère au foyer ».

La situation la moins enviable pour une femme: vous bossez toute la journée pour pas un sou et vous subissez sans arrêt le regard des autres parce que soit vous êtes soumise soit vous êtes entretenue.

« Ah ben oui, tu as le temps, toi. »

« Fatiguée ? Pourquoi elle est fatiguée, elle ne fout rien toute la journée. »

« Tu ne peux pas comprendre ce que c’est que le stress du travail. »

Année après année, ces phrases on les lui a balancées comme des gifles.

Et ces petites phrases elle les entend depuis 30 ans. Et elle n’a jamais rien dit. Et elles se sont inscrites en elle comme un poison qui s’est lentement distillé.

Mais ma maman, elle n’a peut-être jamais touché de salaire pour ce qu’elle fait mais elle s’est dévouée corps et âme, uniquement par amour. C’est un exemple.

Elle a pris un bateau pour rejoindre mon père et elle a tout laissé derrière elle: un travail qu’elle adorait, ses parents et sa sœur, ses amies, sa vie.

Quand la guerre a éclaté si fort qu’elle ne pouvait même plus les joindre, elle s’est battue avec tous les bureaux de la préfecture pour les faire venir. Ma grand-mère était très malade, elle n’a fait que courir les médecins et les hôpitaux pour l’aider. Et ce jusqu’à la fin.

Quand mon père a ouvert son labo, il lui a demandé si elle pouvait l’aider. Et elle a parcouru la ville comme coursier toute la journée même enceinte.

Elle et lui, ont accueilli mes grands-parents et ma tante chez eux. On a vécu à 7 pendant des années. C’était merveilleux.

Elle ne s’est jamais sacrifiée, elle a juste toujours fait tout ce qu’elle pouvait. Et elle peut tout faire.

Et puis, elle nous a élevées, ma sœur et moi: on n’a jamais mangé à la cantine, on a fait des tas d’activités parascolaires, nos copains venaient à la maison. On fêtait notre anniversaire à la maison, en famille, à l’école. Elle a toujours tout fait pour nous. Nous avons eu une enfance merveilleuse, sans faille.

Son empathie, sa douceur, sa patience, toutes ses qualités, je n’espère qu’à y tendre un peu.

Quand on a été diplômées, mon père en riant lui a dit:

« Alors, ça y est te voilà architecte et prof ! Bravo pour tes diplômes. » C’est bête mais c’est vrai, elle a vécu chacune de nos années d’étude avec nous, fière de nos réussites, triste de nos chagrins, à nous secouer quand il le fallait, à nous consoler aussi, beaucoup.

Ma mère croit qu’elle n’a rien fait de sa vie qui apporte à la société. Elle a pourtant vécu tant de vies. Si vous la croisez un jour, il est fort probable qu’elle vous a dise qu’elle a deux filles, que l’une d’elle est prof et l’autre architecte. C’est comme ça, on est sa carte de visite. Son gage de réussite.

Mais maman, je n’aurais jamais été la fille, la prof, la sœur, l’épouse, la mère que je suis sans toi. Et si ma vie est aussi riche d’amour que la tienne, alors moi aussi j’aurais réussi.

Merci pour qui tu es.

2 réflexions sur “maman

  1. Juju je suis en admiration face à tant
    De reconnaissance pour ta mère si exceptionnelle chanceuse d avoir des filles aimables comme vs !
    Courage ma cherie rejouis notre coeur avec ton style qui m epate bravooooo

    J’aime

  2. Que dire de plus sur ta maman qu elle est pour moi la sœur que je n ai jamais eu et que j aime heureusement qu elle est là et elle continue à faire beaucoup merci pour ce bel coup d Amour 💕 je t aime

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s