Ces profs qui m’ont faite

Difficile de trouver le temps depuis la rentrée de raconter des blagues de collégiens. Et pourtant, mes 3e ont réussi à me faire écouter du Jul donc il faudra bien que je vous raconte cette histoire.

Mais nous portons tous, enseignants et pas enseignants, un fardeau un peu plus lourd depuis vendredi dernier. Et en hommage à Samuel Paty et en citant la chronique de Tanguy Pastureau, j’ai eu envie de raconter ces profs qui m’ont faite.

D’aussi loin que porte ma mémoire, j’ai toujours su que je serai prof. Et la vie a eu la bonté de mettre sur ma route des enseignants rares, passionnés, bienveillants bien avant que le mot soit à la mode, et dont je garde la mémoire.

Il y a eu ma maîtresse de CP, Mme G., et mon maître de CE1, M. B. Je me rappelle que les autres élèves les trouvaient durs mais qu’avec moi ils étaient toujours tendres. Je me souviens que mes parents les invitaient à la fin de l’année scolaire à un mezza royal pour les remercier de leur travail. Ils m’ont appris à lire et à compter bien sûr, à faire la différence entre une guêpe et une abeille, à jouer à la thèque avec une raquette de tennis. Ils m’ont donné envie d’aller à l’école chaque jour et ont fait du mois de septembre un mois pleins de promesses.

Il y a eu mon professeur d’EPS, M. P, dont je détestais la matière mais dont j’adorais le prof, qui ne notait pas à la performance mais à la persévérance, qui ne m’en voulait pas de ne pas être sportive et de ne pas savoir courir et qui me poussait à le faire quand même. Le seul prof qui a réussi à me faire faire le cycle piscine sans dispense.

Mon professeur d’Histoire-Géographie, au lycée, M. D., qui était brillant, plein d’ironie et de sarcasme, qui m’a mis le premier Camus dans les mains en seconde « Comment tu n’as jamais lu les Justes ? » et qui m’a appris à acheter le Canard Enchaîné tous les mercredis. Je passais mes pauses déjeuner à ficher Le Monde avec un Atlas et une encyclopédie pour comprendre les références. Je voulais être comme lui un jour, un prof qui change la vie des gens.

Madame I, prof de philo, complètement barrée mais d’une intelligence et d’une culture énorme. J’étais au premier rang et je languissais les dernières heures du vendredi pour la retrouver. J’étais orpheline quand elle était absente. J’ai lu tout le théâtre de Sartre cette année-là, j’ai découvert Bergson, j’ai enfin compris Kant.

Monsieur C, prof de philo aussi mais en hypokhâgne. Le seul qui ne me donnait pas l’impression d’être une erreur de casting, le seul dont je lisais tous les livres sur la liste, qui avait eu la gentillesse de m’écrire une lettre de recommandation pour la double licence à la fac sans que je la lui demande.

Enfin, last but not least, M. T, mon prof de littérature de XVIe s. Toutes les étudiantes étaient amoureuses de lui et je ne faisais pas exception. Deux vers de Louise Labé et je l’ai suivi jusqu’en Master II. Il m’a appris à écrire, à analyser, à aller toujours plus loin, à me dépasser, à croire en moi. Il m’a fait croire que je n’étais pas une étudiante comme les autres au moment où j’avais besoin de l’entendre.

Ils ont tous en commun de m’avoir fait lire, réfléchir, écrire, ils m’ont secouée parfois, poussée souvent. Ils ont fait naître la vocation de la transmission autant que celle de la littérature ou de la philosophie. Ils m’ont rendue spéciale. J’espère inspirer à quelques uns de mes élèves le quart du tiers de ce qu’ils m’ont apporté.

Prof je crois que c’est dans mon ADN. Ils m’ont faite. Je les ai aimés. J’en ai même épousé un. Ma sœur se moquait de moi et disait que j’étais trop snob pour être avec quelqu’un qui n’avait pas au moins un bac+5. C’est pas le niveau d’étude qui compte c’est la passion pour son métier, pour ses élèves, pour sa matière. Et qui serait assez fou pour faire ce métier sans la flamme qui brûle au fond de lui ?

A tout jamais et infiniment, merci à eux.

La chronique de Tanguy Pastureau en question

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s