où ils veulent laisser une trace

C’est la récré de l’après-midi, ma semaine est terminée. Je traîne, range, jette, vide un peu les piles de papiers et de livres qui jonchent mon bureau, manière de marquer le début des vacances d’hiver. Nabil et Zyad semblent ne pas vouloir sortir. Ils rangent très lentement leurs affaires prenant soin de rester les derniers dans la salle.

Je les vois alors s’attarder devant les affichages.

Au milieu des travaux d’élèves, sont accrochés mes vers de poésie préférés. Ils me suivent partout et comme cette année j’ai la chance d’avoir ma salle, je les ai disposés de manière à les avoir toujours devant les yeux.

Nabil demande :

-C’est qui René Char, Madame ? Vous l’aimez bien ?

-Oui, je l’aime beaucoup. Ce n’est pas toujours très accessible mais certains de ces vers sont parmi ceux qui me parlent le plus.

-Ah ouais. Et celui-là ?

-Celui-là, c’est un souvenir. Il était accroché sur les murs d’un collège où je travaillais. J’ai l’impression qu’il me protège.

-Les mots ça vous protège ?

-Bien sûr. Les mots ne sont pas toujours des armes. Ils recueillent les peines, les joies. Tu sais, les gens comme moi, on parle à nos livres, c’est un peu des amis. Tu comprends ce que veulent dire ceux-là?

-Oui, je crois. ça veut dire qu’on doit faire sa vie sans s’occuper des autres.

-Exactement. Vous devenez fins dites-moi.

Zyad fait la moue. « Celui-ci en revanche c’est n’importe quoi ! le bonheur qui claque la porte, pardon c’est pas possible. Je claque la porte quand je suis en colère pas heureux ! Il a pas tout compris ce Prévé.

-Prévert. ça veut simplement dire qu’on ne réalise son bonheur qu’une fois qu’on l’a perdu.

-Ah ouais, ok…

-Oh, y’a Camus ! J’adore Camus !

Depuis sa lecture de l’Etranger, Nabil est en amour de ce cher Albert. 14 ans et déjà bouleversé par la littérature. ça promet de belles surprises.

« Et mais c’est ce que vous nous avez appris ça ! « invincible été ».

-Comment ça ?

-Et ben, l’adjectif, il est placé avant le nom et il est très long; c’est pas trop normal, ça.

-Ah oui, c’est vrai. Je n’avais pas fait attention.

et Zyad d’enchérir « Ah c’est l’emphase c’est ça. »

Je dois avoir la bouche grande ouverte parce qu’ils ont le sourire plein de dents.

« Bon et vous mettez n’importe quelle citation si on vous en donne une.

-Ah ça non. ça se mérite. Dis la moi et si elle me plaît je l’accroche.

Au milieu de Stendhal, Camus, Char, Prévert et tout mon Panthéon trône désormais sur une feuille plus petite mais écrite en rouge:

« Garde les yeux fixés sur la ligne d’arrivée sans te préoccuper de l’agitation autour. » Nabil 3e.

Le blog, ce vil fonctionnaire, prend ses vacances. Bon courage à tous 🙂

2 réflexions sur “où ils veulent laisser une trace

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s