Où ils ont un réalisateur favori

Lors des séquences sur Dire l’amour avec mes 4e, un vendredi d’avant vacances, je leur avais passé Roméo+Juliette de Baz Luhrmann.

Ce film est ma madeleine de Proust d’adolescence.

Il n’est pas si facile à cerner et je craignais que les grands duels version guerre des gangs multicolores ne passent pas.

Baz Luhrman compte parmi mes réalisateurs préférés. Il a une esthétique de l’abondance très particulière et les gros plans de ses acteurs fétiches touchent au sublime. Quant à la musique… bref !

– hein! Quoi ?! on doit le voir en VO ??? Mais madame déjà le film sous-titré allemand au cinéma… mais là c’est trop !

-le film cite le texte de Shakespeare vous ne passerez pas à côté ! Et en plus, rien que pour la voix de Leo, on ne va pas s’infliger un doublage. (comprenez: en tous cas moi, pas)

Et quand midi a sonné mais que Roméo n’a pas reçu la lettre du prêtre et qu’il croit que Juliette est morte, ils n’ont pas voulu sortir. Du moins pas tous. Et nous sommes restés jusqu’à la demie regarder les amants de Vérone unis pour l’éternité.

Il y a quelques mois, je leur parlais de Gatsby que je leur conseillais de lire… mais il se trouve que Luhrmann l’a aussi adapté et que le rendu est magnifique. Les adaptations qu’il proposent sont à la fois suffisamment émancipée du texte pour donner une œuvre à part entière tout en infusant les mots de l’auteur le long du film. C’est incroyable.

Et la fin de Gastby… si vous ne la connaissez pas, foncez-le voir. Il est encore disponible sur Netflix.

Je retiens leur souffle coupé durant la scène de la piscine et leur cri ensuite quand ils ont compris :

-Hein ! Mais c’est une blague ! Mais quoi !!!

– Madame, vous aimez que les histoires qui finissent mal ?

-C’est ça qui rend les choses sublimes. Ce que vous appelez « finir mal », un jour voudra simplement dire « finir » et ça n’enlèvera rien à ce qui a été raconté.

La voix de Tobby Maguire fait résonner ces mots de Fitzgerald avant le générique:

« Gastby’s extraordinary gift for hope, a gift that I have never found in any person and that I will never find again.« 

-Et au fait dans quelques semaines, Baz Luhrmann sort un film sur Elvis Presley. Allez le voir c’est encore une autre expérience sur grand écran. Il en sort un tous les dix ans, il ne faut pas manquer ça !

-C’est qui ça Elvis ?

-Encore une rencontre inoubliable que vous ferez.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s