Fleabag

Je suis tombée en amour à nouveau.

Ma nouvelle passion s’appelle Phoebe Waller-Bridge et j’ai dévoré en deux soirées les deux saisons de Fleabag.

A l’heure où j’écris j’ai écumé toutes les interviews disponibles sur Youtube juste pour l’entendre et tout savoir sur elle.

Fleabag ce n’est pas une nouveauté puisque la série s’est terminée en 2019. Mais quel bijou.

Comment vous raconter ?

Le synopsis en gros donne quelque chose comme ça: Fleabag est une femme qui tient un café à Londres et qui a des relations compliquées avec le genre humain.

Dit comme cela, ce n’est pas très vendeur et ça ressemble à 80% de la production de série actuelle qui ne parle pas d’apocalypse.

Pourtant, j’ai été bouleversée et je vais essayer d’expliquer ce qui a tant résonné.

L’intelligence et la finesse d’écriture: les répliques sont tout à tour acides, drôles, tristes, amères et nous font passer par tout le spectre émotionnel possible.

La beauté inhabituelle: réussir à voir le beau ailleurs que dans ce qu’on nous prescrit est précieux. Ici, les physiques sont atypiques. On voit le grain de la peau, les cernes, du ventre, des cuisses, des cheveux qui ne sont pas forcément longs ni lissés. Pardon mais regardez-moi ce nez ! Tous les personnages ont un physique qui a du relief et du mordant. C’est très beau de ne pas être comme tout le monde.

Le rôle joué par le quatrième mur: la façon dont est filmée la série est extrêmement subtile. Fleabag parle au spectateur et cela ajoute une connivence incroyable, pas du tout factice.

Les fins de saison sont sublimes : combien de série se contente de s’arrêter sur un suspense dramatique hypertrophié. Il n’y a que deux saisons et chacune d’elle se suffit à elle seule et se clôt parfaitement.

La longueur: deux saisons de 6 épisodes de 25 min. C’est court mais dense, intense et puissant.

Il y a beaucoup de sujets qui sont abordés comme le féminisme, la famille, le deuil, la perte, l’amour, la sexualité, le tabou, la spiritualité…

C’est d’une grande honnêteté.

« I don’t know what to do with it, with all the love I have for her. I don’t know where to put it. One of the two people I’ve loved the most is now gone and I’m left with all of these emotions and nowhere to put them. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s